Top Stories

Au regard de ce que l’on sait des origines de l’homme, la figure biblique et coranique d’Adam interpelle inévitablement la curiosité de chacun. Les littéralistes voient dans le récit anthropogonique un récit historique. Les exégètes concordistes, dans un jeu de contorsion intellectuelle, essaient de faire coïncider les textes du monothéisme avec les découvertes scientifiques. D’autres, peut-être plus avisés mais sans avoir pour autant rejeté une certaine idée de ce que pourrait être la tradition, cherchent à mettre en parallèle les différentes versions de ce récit, afin de trouver des similitudes entre elles, et éventuellement d’en déterminer l’origine.

Composée de dix épisodes, cette série nous fait suivre Eva Geller, agent de la CIA, qui enquête sur un personnage à l’allure christique appelé Al-Massih. Ce dernier est présenté comme un ascète itinérant doté de pouvoirs surnaturels et guidé par le destin. De la Syrie à Jérusalem, en passant par le Texas, il cumule des disciples qui reconnaissent en lui bien plus qu’un homme. Tandis que la foule perçoit en lui le Sauveur, il est vu a priori comme un gourou séditieux par la CIA et les services de renseignement israéliens. Qui est-il vraiment ?

Faut-il d’emblée préciser que l’intitulé relève de la métaphore astronomique. Évidemment, jamais le soleil ne s’est levé ailleurs qu’à l’orient de la Terre. L’aurore « boréale » – ie. la lumière nordique du jour levant – fait ici référence à l’éventualité d’une civilisation scandinave rayonnante en des temps anciens.

 Depuis une centaine d’années environ, et surtout depuis la théorisation d’une « Tradition primordiale » hyperboréenne par le métaphysicien René Guénon, circule au sein des cercles ésotéristes l’idée diffuse et persistante d’une origine polaire de la civilisation humaine. Théorie – cela va sans dire – qui va à l’encontre de tout consensus historique.