Un lobby juif ?

Occident
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Le fameux lobby juif ! Celui qui contrôle les politiciens américains pour leur imposer une double allégeance criminelle en faveur d’Israël! C'est en substance ce que la congresswoman Ilhan Omar a déclaré à plusieurs reprises avant de susciter une levée très timide de boucliers parmi les Démocrates pour avoir déclaré que ses collègues étaient achetés par l'argent juif "It's all about Benjamins, baby!" (qu'on peut traduire par "tout n'est qu'affaire de fric juif!") Sauf que la loi américaine est particulièrement stricte concernant les contributions privées ou publiques aux partis, candidats et élus.

Tout est ainsi dûment recensé, notifié et disponible au public (https://www.opensecrets.org/about/).

 
Que disent donc les chiffres?

 
Pour dire les choses simplement: -le lobbying d'Etat: Israël se situe à la 5e position des pays (34M$/an) derrière les deux premiers pays que sont la Corée du Sud et le Japon (respectivement 58M$ et 52$), encadré par de tout petits Etats comme les Bahams ou les Îles Marshall, et devançant de peu l'Arabie Saoudite (27M$) ou le Qatar (21M$). Sur l'ensemble, les pays du monde entier dépensent autour de 882M$ depuis 2017 d'après l'organisation de surveillance Opensecrets. Autrement dit, le lobby israélien représente moins de 4% du montant. Cela relativise nettement l'idée qu’Israël influencerait directement la politique américaine par l'achat des politiciens.

-le lobbying national: le site opensecret recense comme "pro-Israël" un ensemble d'organisations qui ont dépensé entre 2017 et 2018 près de 15M$. C'est à peu près la moitié des dépenses d'Israel pour faire valoir ses intérêts sécuritaires et stratégiques. Mais c'est à mettre en perspective des deux premiers lobbies: celui de la santé et celui des assurances/immobilier qui à deux dépensent plus d'un milliard de dollars dans la même période. Autrement dit, les dépenses pour soutenir la politique israélienne représentent 1.4% du montant dépensé par les deux premiers lobbies américains, et 0.5% du montant total des sommes versées aux partis/candidats/élus à titre du lobbying au USA.

- le camp pro-Israël est hautement divisé: si on regarde de plus près, l'AIPAC contribue à influencer le débat à hauteur de...3.5M$ ce qui est une somme non seulement dérisoire mais elle ne représente aucun soutien direct: l'AIPAC ne verse aucune somme aux candidats, le lobbying se fait plutôt par des campagnes ou voyages en Israel qui sont payées par l'organisation de défense des gouvernements israéliens (de gauche/de droite). A l'inverse, l'organisation de lobbying JStreet fondée en 2007 et disposant notamment du soutien financier de l'OPen Society Foundation de Soros (qui appuie financièrement des organisations anti-israéliennes appelant au boycott (al Haq...) ou à la diffamation (Breaking the silence), dépense 4M$ dans des contributions directes aux candidats démocrates (à hauteur de 97%) pour influencer les décideurs dans un sens contraire aux intérêts israéliens (soutien au Deal avec l'Iran d'Obama, soutien au retour à la ligne d'armistice de 1949...). Donc le camp autoproclamé "pro-israélien" est lui-même hautement polarisé et la balance penche fortement en faveur de l'aile gauche en termes de financements et de lobbying.

En conclusion, l'étude des chiffres permet de mesurer de manière précise la façon dont la politique américaine n'est précisément PAS influencée par un lobbying juif/israélien. Il existe d'autres lobbies, autrement plus puissant et influents. La proximité des USA avec Israël est à rechercher dans d'autres domaines, sécuritaires, stratégiques, culturels, idéologiques, qui seraient trop longs à détailler ici.

Parler d'un lobby juif suffisamment puissant pour influer les décideurs américains relève donc d'un trope antisémite. Et d'ailleurs, ce lobby si puissant n'avait pas été en mesure de s'opposer au deal d'Obama avec l'Iran et les Juifs américains ont financé et voté plus pour Hillary que pour Trump qui s'avère plus pro-israélien qu'un premier ministre israélien lui-même.

Les chiffres avancés sont tous disponibles sur le site opensecrets. On y découvre notamment qu'Ilhan Omar a reçu une contribution directe de l'organisation pro-Hamas CAIR par exemple.