« En fin de compte, le parfait ouvrier décida qu'à celui qui ne pouvait rien recevoir en propre serait commun tout ce qui avait été donné de particulier à chaque être isolément. Il prit donc l'homme, cette oeuvre indistinctement imagée, et l'ayant placé au milieu du monde, il lui adressa la parole en ces termes : Si nous ne t'avons donné, Adam, ni une place déterminée, ni un aspect qui te soit propre, ni aucun don particulier, c'est afin que la place, l'aspect, les dons que toi-même aurais souhaités, tu les aies et les possèdes selon ton voeu, à ton idée. Pour les autres, leur nature définie est tenue en bride par des lois que nous avons prescrites : toi, aucune restriction ne te bride, c'est ton propre jugement, auquel je t'ai confié, qui te permettra de définir ta nature. » - La dignité de l'homme, Pic de la Mirandole, 1486

La mise en garde proposée dans cet article contre les dangers de l'éducation matérialiste et individualiste est particulièrement salutaire pour toute personne qui ne se conçoit pas uniquement comme un composé de matières mais aussi comme un esprit avec des besoins spirituels. Mais l'argument avancé par l'auteur pour contrer les effets pervers de l'individualisme matérialiste me semble, non pas critiquable mais, dépassé à une époque où la liberté constitue le fondement de l'humanisme.

Illustration de Steve Cutt.

La critique de la modernité est très souvent un leitmotiv du discours religieux qu'il soit fondamentaliste ou réformiste, ce sujet constitue donc une entrée en matière idéale pour cette nouvelle saison de LDC que je vous souhaite d'ores et déjà riche en expériences et en réflexions.

Pour introduire le sujet j'ai choisi un article de l'économiste Rachid Achachi parce qu'il est représentatif des critiques anti-modernistes primaires pour les raisons qui seront évoquées ci-après. Mais ma critique de la critique de Rachid Achachi de la modernité ne doit pas être prise pour une critique de la tradition que Rachid Achachi oppose dans son herméneutique à la modernité, ce que je mets en cause dans mon commentaire de son travail analytique ce n'est pas la tradition mais la méthode utilisée pour critiquer la modernité.