Quand la vérité scientifique interroge la religion

Islam sociétal
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Il ne fait aucun doute que le discours scientifique soit aujourd'hui le discours au prestige le plus grand. L'une des raisons de ce succès réside dans l'évolution toujours plus pointue de notre technologie dont les bases se fondent sur la connaissance qu'ont les scientifiques en matière de lois naturelles et qui sont ensuite opérationnalisées par les ingénieurs de tout bord.

Mais lorsque l'on met entre parenthèses le succès de la technologie et que l'on s'intéresse à la dignité de la science pour elle-même, on se rend compte qu'au-delà des bénéfices instrumentaux qu'elle nous fournit, la science est aussi un formidable vaisseau de réflexion sur soi, sur le monde, et sur soi dans le monde.

Toute l'histoire de la physique, pour ne se limiter qu'à elle, témoigne de sa capacité à renverser nos préconceptions et même notre bon sens : Galilée qui contredit tout ce que nous pensions savoir depuis Aristote sur la chute des corps, Newton qui achève de prouver ce que Galilée ne pouvait dire que du bout des lèvres (sous peine de bûcher) à savoir que la force qui gouverne les mouvements des corps célestes est la même que la force qui fait tomber des pommes sur Terre, Einstein qui réinterprète tout ce que Newton croyait savoir sur cette force (qui n'est plus une force mais la géométrie de l'espace-temps), Bohr qui à partir de la physique quantique renverse les conceptions d'Einstein lui-même sur l'idée d'une physique entièrement déterministe… Bref, toute l'histoire de la physique peut se résumer à un mélange de bouleversements conceptuels et de fascination grandissante face à un univers dont les lois imposent respect et admiration, quand nous sommes à même d'en saisir des aspects...

Mais cette élégance du monde sans arrêt dévoilée par la science vient à un prix pour les religieux : celui de la relativisation, pour ne pas dire la ridiculisation de certaines lois dites "divines". La question qui ne manque pas de frapper l'esprit de l'individu au fait des acquis de la science du 21ème siècle est celle-ci : Comment un dieu, nécessairement plus subtil que les lois physiques qu'il a lui-même créées, peut-il être mesquin au point de s'intéresser aux poils des sourcils de ces mesdames ou aux poils de barbe de ces messieurs ? Comment cet Esprit Supérieur peut-il sérieusement légiférer sur la consommation de poisson le vendredi ou sur la présence de E471 dans les confiseries pour enfants ? Se peut-Il que l'Esprit à l'origine de la subtilité de la géométrie de notre réalité qui a nécessité le plus grand génie du 20ème siècle pour être mise en équations, soit en même temps le même Esprit qui voit d'un mauvais œil le fait d'entrer dans les toilettes du pied droit au lieu du pied gauche ?

Dit autrement : si Dieu a quoi que ce soit à voir avec l'élégance des lois physiques que nous découvrons toujours plus étonnantes et fascinantes, peut-Il avoir quoi que ce soit à voir avec certaines lois religieuses que d'aucuns n'hésitent pas à lui accoler ?

Telle est la question que je vous soumets, nonobstant votre propre créativité en la matière. Et pour avoir une illustration ludique de la façon dont un physicien peut être fasciné par les lois qu'il étudie, je vous propose deux interventions, l'une sur le boson de Higgs et l'autre sur les ondes gravitationnelles, d'Etienne Klein (pour ne pas changer !), physicien/philosophe et probablement le meilleur vulgarisateur francophone en la matière.

Bon débat sur LDC !

https://www.youtube.com/watch?v=n7oZuVvcc90

https://www.youtube.com/watch?v=bIntvEMBX5E